Votre Panier
Icône
Livraison gratuite partout au Canada! Livraison gratuite partout au Canada!

2/6 1ère partie de la préparation - la machinerie

Icône Icône
2/6 1ère partie de la préparation - la machinerie

La préparation représente la partie principale dans la fabrication d’un accessoire en cuir. Parfois, cette étape peut même représenter jusqu’à 90% du produit fini. Pour moi, les préparations sont toutes les étapes que je dois effectuer entre le moment où je taille les pièces de la peau de cuir ou du rouleau de tissu et celui où j’assemble ces pièces entre elles.

L’épaisseur et la rigidité (ou souplesse!) de la matière est un problème qu’il faut analyser et gérer avec chaque changement de cuir et chaque changement de montage. Certains cuirs peuvent avoir une épaisseur de 0.5mm alors que d’autres sont aussi épais que 4 ou même 5mm!

La machine à parer, ou pareuse, est l’une des machines principales et est essentielle à la préparation. Elle est utilisée pour amincir les bords des pièces en cuir, soit pour faciliter la couture, soit pour affiner l’apparence des tranches. Sans le parage, un grand nombre des étapes suivantes se trouveraient impossible à réaliser. La pareuse est ajustable et il existe une multitude de parages différents selon le résultat voulu.

Ce même procédé d’amincissement peut être appliqué pour une pièce de cuir entière et est appelé refente. La machinerie pour la refente est beaucoup plus grosse, la pièce de cuir est alors amincie avec une précision de un dixième de millimètre. Cette précision est essentielle puisque l’accumulation des différentes épaisseurs de cuir et textile peuvent rapidement causer un problème au moment du montage. La refente est très utile pour égaliser un cuir ou simplement enlever l’excédent d’épaisseur.

Toute la machinerie est utilisée quasiment quotidiennement et requiert de l’entretien. Par exemple, la machine à coudre doit être huilée et nettoyée de la charpie de cuir régulièrement et la lame de la machine à parer doit être aiguisée à chaque utilisation. Lorsque l’on travaille seul dans son atelier, on devient vite débrouillard et polyvalent. Les ajustements et petites réparations sont fréquents, même si parfois je dois quand même faire appel à un professionnel pour les problèmes plus sérieux.  Pour un maroquinier, ses machines sont la clé de son travail et je traite les miennes avec grand soin.

Dans le prochain texte, il sera encore question des préparations! De l’encollage et de la protection des cuirs entre autres!